Créer sa start-up bio : l’idée, point de départ du projet

Dans le cadre du programme national Natexbio Challenge, nous avons choisi de consacrer une série d’articles à la création d’une start-up dans la filière bio. Nous commençons ce mois-ci avec le point de départ du projet : l’idée. Des prévisions financières en passant par les démarches de labellisation ou encore la recherche d’aides et de financements, nous vous donnons rendez-vous chaque mois pour découvrir les différentes étapes qui jalonnent ce parcours.

Le marché de la bio : un secteur porteur pour les start-up

Le marché de la bio est en croissance constante, boosté par la recherche du consommateur de produits sains et responsables. Selon les derniers chiffres de l’Agence Bio, en 2018, 88% des Français déclarent avoir consommé des produits biologiques et 71% en consomment au moins une fois par mois. Des chiffres en augmentation chaque année, qui traduisent une vraie dynamique du secteur et en font un marché novateur, créateur de nouvelles tendances, donc idéal pour les start-up. Ces dernières sont en effet nombreuses à émerger dans la filière. Pour répondre à son développement fulgurant et aux nouveaux besoins qu’il crée, elles rivalisent d’idées en associant innovations et valeurs de la bio. Tout cela avec un maître-mot : croissance, car, par définition, une start-up doit avoir des possibilités de croissance exponentielle.

L’idée de l’entrepreneur doit répondre à un besoin du marché et aux valeurs de la bio

Pour cela, la première étape doit évidemment être de trouver l’idée, à l’origine de tout. Pertinente, elle doit répondre à une demande du marché, à un besoin, un manque chez le consommateur. Car la réussite du projet dépendra de sa pertinence pour le client, de la réponse apportée à une problématique rencontrée et/ou à une amélioration de son expérience. Il est donc indispensable de connaître le consommateur, ses besoins, le marché et l’ensemble de l’écosystème. L’objectif : être créatif et se mettre dans la peau de sa cible, pour créer une solution adaptée.

Ainsi, le produit ou le concept doit apporter une valeur innovante, différenciante dans le secteur de la bio. Et ce, en intégrant ses valeurs, en prenant notamment en compte l’éco-conception, les aspects humains, sociaux, sociétaux ou encore environnementaux.

L’entrepreneur doit cependant garder à l’esprit que son idée de départ n’est pas fixe, des évolutions seront à apporter. En testant le projet, des ajustements et améliorations seront inévitables pour répondre au mieux aux besoins du consommateur.

Prochaine étape : l’étude de marché et la mise en application

En effet, une fois l’idée définie, une étape cruciale se profilera : la mettre à exécution. Cela permettra notamment de la retravailler pour qu’elle s’adapte à la réalité. L’idée sera par ailleurs pré-validée et affinée par une étude de marché. Un sujet sur lequel nous reviendrons dans notre prochain article au mois de mars.