Créer sa start-up bio : les prévisions financières

Dans le cadre de notre série d’articles dédiés aux entrepreneurs qui souhaitent se lancer dans la filière bio, nous aborderons ce mois-ci la complexe mais non moins importante étape des prévisions financières. Celles-ci se révéleront en effet indispensables pour vérifier la faisabilité de votre projet de création de start-up bio.

Analyser la cohérence financière de votre projet

Les prévisions financières sont une partie importante de votre business plan puisqu’elles vous permettront de déterminer la viabilité et la rentabilité de votre projet, en faisant apparaître les besoins financiers nécessaires à votre future activité et les ressources sollicitées pour les financer. Vous pourrez ainsi ajuster vos ambitions et, si nécessaire, remanier votre projet en augmentant vos fonds propres ou en cherchant d’autres sources de financement.

Par ailleurs, elles sont indispensables pour apporter des éléments chiffrés à vos futurs investisseurs.

Que contiennent-elles ?

En établissant votre prévisionnel, vous allez pouvoir déterminer les besoins humains et matériels – nécessaires pour acheter, stocker, fabriquer, ou encore vendre – auxquels correspondront des coûts.

Photo par Helloquence

Le plan de financement initial mettra ainsi en parallèle les besoins d’investissement et les ressources de financement. Le compte de résultat prévisionnel déterminera si votre entreprise générera suffisamment de recettes pour couvrir les différentes charges. Le seuil de rentabilité, le plan de trésorerie et le plan de financement à trois ans font également partie des éléments à constituer lors de la réalisation de vos prévisions.

N’hésitez pas à vous faire accompagner

Annette Prieur a créé la biscuiterie artisanale Croquelicot, après avoir « beaucoup observé ce que les clients achetaient, quelles étaient leurs attentes et leurs motivations » et avoir « passé du temps dans les salons comme Natexpo, pour découvrir les nouvelles tendances de la filière bio ». Est venu ensuite le moment d’établir ses prévisions financières, car « la trésorerie est le nerf de la guerre », constate la chef d’entreprise, qui souligne l’importance de se faire accompagner sur le sujet si nécessaire. Analyse, business plan, reporting, négociations avec les banques : « On ne peut pas se lancer la fleur au fusil sans être capable de gérer le court terme et le moyen terme », estime Annette Prieur, pour qui « beaucoup d’incubateurs et de structures peuvent aider à soutenir les initiatives ».

Vous pouvez en effet vous faire accompagner par un expert comptable pour votre business plan ou votre prévisionnel, mais n’hésitez pas également à vous rapprocher de structures telles que les CCI, les Chambres des Métiers ainsi que divers réseaux créés pour accompagner les entrepreneurs. Les conseils de professionnels sont précieux pour préparer au mieux son projet.

Pour la gérante de Croquelicot, il est ainsi indispensable d’échanger de façon générale sur son projet. « J’ai rencontré par exemple beaucoup de créateurs d’entreprises, ce qui permet d’obtenir un regard extérieur nécessaire », explique-t-elle. Ces différents organismes pourront par ailleurs vous conseiller sur les aides et financement auxquels vous pouvez prétendre, un sujet sur lequel nous reviendront le mois prochain.